Lectures de juillet: deux romans au succès mérité

Je profite du mois d’été pour avancer dans mes lectures car j’ai plus de temps à y consacrer: je me couche plus tard le soir car les journées sont plus longues, je fais moins de sport à cause de la chaleur et mes journées de travail sont moins denses.

Au mois de juillet, j’ai lu deux romans de deux auteurs parmi les plus lus aujourd’hui: le japonais Haruki Murakami et l’espagnol Carlos Ruiz Zafon. Chacun de leur roman est d’ailleurs très imprégné de leur pays d’origine puisque le premier se déroule au Japon et le deuxième à Barcelone.

1Q84 tome 1, Haruki Murakami

J’ai commencé l’été par le premier tome de la série 1Q84 de l’auteur japonais Haruki Murakami.

Ce roman alterne entre l’histoire de deux personnages: Aomamé et Tengo. Aomamé est professeure d’arts martiaux mais aussi tueuse à gage… Tengo est professeur de mathématique et aspirant écrivain. Au fil du roman, le lecteur découvre deux mondes parallèles et le destin lié des deux personnages.

Je me suis facilement attachée à ces deux personnages atypiques, qui évoluent dans un monde qui se révèle de plus en plus étrange. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, puisque chacun d’eux joue des rôles clés dans l’histoire. Leur personnalité est également assez mystique.

Ce livre est très prenant et la fin du premier tome laisse beaucoup de questions en suspens.. J’ai hâte d’entamer le tome 2!

Le jeu de l’ange, Carlos Ruiz Zafon

En juillet, j’ai enchaîné sur Le jeu de l’ange, le livre 2 de la saga Le cimetière des livres oubliés. Ce livre reprend les codes, le décor et certains personnages du livre 1, à savoir L’ombre du vent, mais peut être lu de façon tout à fait indépendante.

Suite à mon coup de cœur pour L’ombre du vent (que je conseille vivement), j’ai voulu lire un nouveau roman de l’auteur espagnol.

Je lis très rarement plusieurs livres d’un même auteur car je suis souvent déçue des ressemblances de style/personnages d’un livre à l’autre: comme si l’auteur appliquait les mêmes recettes et que la magie n’opérait plus sur moi. Quand j’ai eu un coup de cœur pour un premier livre, difficile ensuite d’être à hauteur de mes espérances!

Pourtant, j’ai lu d’un trait Le jeu de l’ange et je me suis laissée portée par l’histoire de David Martin, le jeune écrivain maudit. J’adore les descriptions d’une Barcelone gothique, des personnages sombres et romantiques… J’ai bien accroché au thème de l’écrivain maudit, qui a conclu un pacte avec un éditeur diabolique…(cela fait penser à la Peau de Chagrin de Balzac!)

Ma déception est arrivée à la fin du livre: des questions restent encore en suspens, les dénouements sont un peu tordus voire incompréhensibles..

Je conseille tout de même cette lecture et de façon général cet écrivain.

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s